Accueil
Genèse du monastère
P. Emmanuel
Saint Benoît
N-D de la Sainte-Espérance
Dom Paul Grammont
La famille olivétaine
N-D des Prés
La journée
vocation monastique
Amitiés
Oblats frères
Artisanat Présentation
Horaires du magasin
Hôtes
Moines, moniales, un chemin
Bibliothèque du monastère

Videos
Contacts
Horaires liturgiques
Accès
Le 150e anniversaire
Au fil du mois
Homélie 2
Horaires liturgiques
Accès
Contacts
Horaires Semaine Sainte
Accueil

  

      

            Voici que s’ouvre devant nous le temps béni du carême pour nous permettre d’entendre pleinement l’exhortation que nous adresse saint Paul aujourd’hui ou plutôt l’appel pressant que Dieu nous lance par le ministère de son apôtre : « Frères, c’est Dieu lui-même qui lance un appel : “laissez-vous réconcilier avec Dieu” ». Il ne s’agit pas de nous concilier la faveur du Seigneur par nos efforts, si généreux soient-ils. Cette faveur nous est déjà acquise. Il s’agit d’accueillir vraiment Celui que le prophète Joël nous invite à rencontrer, car Il nous ouvre déjà les bras : le Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour. Oui, nous ouvrir vraiment à l’amour gratuit de Dieu en déchirant nos cœurs, autrement dit en brisant les carapaces qui nous rendent insensibles à l’amour, en évidant nos cœurs emplis de tant de soucis, d’images, de préoccupations n’ayant rien à voir avec cet amour et cette communion qui nous sont aujourd’hui proposés gratuitement si nous voulons bien les accueillir.


          Notre péché, tout ce qui nous coupe de Dieu et d’autrui, le Père l’a déjà assumé en nous donnant son Fils. C’est ce que saint Paul nous dit encore aujourd’hui : « Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a POUR NOUS identifié au péché afin que nous devenions justes, de la justice de Dieu. » Jésus a pris la place du condamné, Lui, l’Innocent. Jésus s’est identifié au pécheur, se refusant à s’éloigner de lui, allant jusqu’à communier avec lui dans la mort, ultime conséquence du péché. Contemplons le Crucifié : il nous ouvre les bras sur la croix pour nous rassembler tous en lui.


          Oui, c’est aujourd’hui le moment favorable, celui de notre oui à l’amour, oui à la réconciliation et la vie. Quittons tout ce qui nous fait mourir, tout ce qui nous entrave, pour nous préparer à pleinement ressusciter avec le Christ en sa Pâque, au jour béni de la résurrection qui se profile déjà à l’horizon. Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit Celui  qui nous ouvre les portes de la pénitence et de la conversion, qui nous offre sa vie et nous permet ainsi d’accueillir pleinement son Évangile !


Frère Bertrand

Mercredi des cendres

(Jl 2, 12-18 ; 2 Co 5, 20 - 6, 2 ; Mt 6, 1-6.16-18)

Homélie du mercredi des cendres

ACCUEIL