Accueil
Genèse du monastère
P. Emmanuel
Saint Benoît
N-D de la Sainte-Espérance
Dom Paul Grammont
La famille olivétaine
N-D des Prés
La journée
vocation monastique
Amitiés
Oblats frères
Artisanat Présentation
Horaires du magasin
Hôtes
Moines, moniales, un chemin
Bibliothèque du monastère

Videos
Contacts
Horaires liturgiques
Accès
Le 150e anniversaire
Au fil du mois
Homélie 2
Horaires liturgiques
Accès
Contacts
Horaires Semaine Sainte
Accueil

  

               Lors du baptême du Christ, Jean-Baptiste témoigne : j'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur Lui. En le désignant ainsi à ses disciples comme le messie, la mission du Précurseur prend fin. Peu après il est arrêté et emprisonné. Commence, avec la prédication du Christ, le temps de la manifestation du Royaume en notre monde. Celui-ci se poursuit encore aujourd'hui par la mission de l'Église annonçant la bonne Nouvelle et conduisant les hommes à Dieu dans l'attente de la pleine manifestation du Christ en gloire.


  Aujourd'hui, nous entrons donc dans ces trois années de vie publique de Jésus, s'achevant par la passion et la mort en croix. Mais durant cette période, il ne demeure pas seul, il est accompagné par des disciples. Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui ont entendu, au sens fort du mot, l'appel du Maître et acceptent de s'engager à sa suite en plaçant toute leur confiance en Lui.


  L'écoute est en effet l'attitude essentielle de celui qui veut marcher à la suite du Seigneur. La réponse de Samuel à Dieu Parle Seigneur ton serviteur écoute, exprime bien la disponibilité de tout disciple à accomplir la volonté divine. Elle est chemin de vie pour tout chrétien. Rappelons-nous que la règle de notre Père saint Benoît commence par cette expression : Ecoute, ô mon fils, les préceptes du Maître et tends l'oreille de ton cœur. Pour suivre le Christ, nous devons commencer par écouter cette parole que Dieu nous adresse au plus intime de notre cœur. André et l'autre disciple - probablement l'évangéliste Jean - ont prêté l'oreille à la parole de Jean-Baptiste dont ils sont les disciples : Voici l'agneau de Dieu. Ils ont alors perçu la profondeur messianique de Celui que Jean désignait.


  Suit ce dialogue étonnant entre Jésus et les deux hommes ; le Maître ne semble guère accueillant ; il déclare ne pas les avoir appelés, mais il les invite à le suivre et à voir, pour « demeurer » avec lui. Ce terme est une expression typiquement johannique qui dit bien l'attitude du disciple Il exprime la stabilité, la solidité. Demeurer avec le Christ, c'est s'enraciner dans la confiance en Lui, pour être conduits vers Dieu. Les disciples découvrent donc la présence divine en cet homme qu'ils ont reconnu comme le Messie.


  C'est pourquoi André peut dire à son frère Simon-Pierre : Nous avons trouvé le messie.  Pourquoi André peut-il émettre cette confession de foi ? L'évangéliste ne nous le dit pas, mais en allant vers son frère Simon, André signifie par sa démarche qu'il a a reconnu en Jésus, dans l'intime de son cœur, le messie attendu par Israël. Oui, celui que son frère et lui attendent, est là aujourd'hui au milieu d'eux.


  Après avoir posé son regard sur Simon, Jésus lui donne un nom nouveau : Tu t'appelleras Kèphas ce qui veut dire Pierre. Ce nom annonce la mission essentielle de Pierre après la résurrection : Sois le berger de mes brebis. Lors de cette première rencontre, Pierre ne dit rien ; il laisse Jésus lui donner un nom nouveau. Le regard du Seigneur a touché son cœur profond. Dans la foi, il accepte de le suivre, attentif à son enseignement, contemplant son action divine de miséricorde auprès des pécheurs, des malades.


  Être disciple du Christ, c'est donc d'abord laisser Jésus poser son regard sur nous, en ouvrant l'oreille de notre cœur pour recueillir et garder les paroles du Maître, de Celui qui se donne avec amour à tous ceux qui viennent à lui. Puissions accueillir en Eglise ces paroles de miséricorde pour nous laisser toucher et nous mettre en route avec Jésus inaugurant sa vie publique que nous prolongeons aujourd'hui.


 Frère Étienne 

Deuxième dimanche du temps ordinaire

 (1 S 3, 3b-10.19 ; 1 Co 6, 13c-15a. 17-20 ; Jn 1, 35-42)

  

Homélie du 14 janvier 2018

Deuxième dimanche du temps ordinaire

ACCUEIL